Don d’ovocytes

Le don d’ovocytes est utilisé dans les cas où les ovaires ne produisent pas leurs propres ovules (fonction altérée, malformations, épuisement prématuré des fonctions ovariennes, ménopause), ainsi que en cas des tentatives infructueuses répétées d’insémination artificielle de faible qualité embryonnaire. Le don d’ovules est également utilisé au risque de transférer des maladies héréditaires.

Qui peut être une donneuse?

Selon les recommandations de l’ASRM (Société Américaine de Médecine de la Reproduction) et de l’ESHRE (Société Européenne de Reproduction Humaine et d’Embryologie), la donneuse doit être âgé de moins de 30 ans et avoir une bonne santé physique et mentale. Nous ne travaillons pas avec des donneurs ayant des antécédents de cancer, de maladie cardiaque, de maladie rénale, de maladies héréditaires et de maladies sexuellement transmissibles, de maladie mentale, d’alcoolisme et de consommation de drogues.

Le programme de don est anonyme. Une famille utilisant des ovules de donneuse ne peut pas voir ses photos, mais seulement les paramètres suivants: taille, poids, couleur des cheveux et des yeux, nationalité, éducation, famille et enfants, groupe sanguin et facteur Rh.

L’âge de la receveuse (la femme pour laquelle les ovules sont donnés) est souhaitable jusqu’à 50 ans. Aucune information sur le destinataire n’est donnée à la donneuse. Une femme receveuse doit être examinée par un thérapeute. Il est nécessaire de fournir une conclusion du médecin sur l’absence de contre-indications pour la grossesse et l’accouchement.

L’effectivité du transfert d’embryons dans le groupe de patients avec des ovules donneurs est légèrement supérieure que dans le groupe de patients avec le programme de FIV habituelle, atteignant 50-60% par cycle.

Indications pour la réalisation de FIV avec des ovules de donneuse

  • absence d’ovules provoqué par la ménopause naturelle, par le syndrome d’insuffisance ovarienne prématurée, par l’état après l’ablation de l’utérus, la radiothérapie ou la chimiothérapie, par des anomalies du développement (syndrome de Turner, dysgénésie gonadique et etc.);
  • présence d’une mutation du gène dans des ovocytes chez les femmes atteintes de maladies héréditaires associés au sexe (de dystrophie musculaire de Duchenne, l’ichtyose liée à l’X et etc);
  • tentatives infructueuses avec réponse insuffisante de l’ovaire à l’induction de superovulation, l’obtention réitéré d’embryons de mauvaise qualité dont le transfert ne conduit pas à la grossesse.

Les contre-indications sont les mêmes que dans la procédure in vitro.

Examens pour une donneuse d’ovocytes

  1. Type de sang et facteur Rh.
  2. Conclusion d’un psychiatre (une fois).
  3. Examen gynécologique (avant chaque tentative de FIV).
  4. Fluorographie (valable 1 an).
  5. Test sanguin pour le VIH, RW, pour la présence de marqueurs de l’hépatite B, C (valable 3 mois).
  6. Détermination des Ig G et M pour le toxoplasme, la rubéole, le cytomégalovirus, le virus de l’herpès (valable 12 mois).
  7. Prélèvement sur le degré de pureté (valable pour 2 semaines).
  8. Étude bactériologique du matériel du canal cervical: chlamydia, mycoplasme, ureaplasma, trichomonas, candida, gonorrhée (en réalité 12 mois).
  9. Prélèvement sur oncocytologie du col de l’utérus (valable 12 mois).
  10. Étude du caryotype.

Test génétique moléculaire pour le transport de la fibrose kystique.